Axinomancie

 

Divination par le moyen d'une hache ou cognée de bûcheron, qui consiste en l'observation du frémissement et des vibrations de la lame d'une hache qu'on plantait dans un arbre, un billot de bois, un poteau ou une table en bois. Cette mancie était un mode de divination judiciaire, pour débusquer ou confondre des voleurs, par exemple. Le devin observait la scène et devait interpréter plusieurs éléments, tels la façon dont l’outil — hache de bûcheron, hachette, hache de guerre, etc. — était tenue, l'inclination du manche de la hache, la trajectoire de la hache en allant se ficher dans un arbre, la profondeur de l’entaille faite à l’écorce, l’endroit où elle se piquait dans l’arbre, les configurations de figures de l'objet ayant accueilli la hache, etc. Mais ceux qui pratiquaient l'Axiomancie cherchaient aussi des pronostics et des présages concernant leur avenir. Deux moyens employés ouvertement dans l'antiquité et pratiqués encore dans certains pays du Nord.

 

1°) Lorsqu'on veut découvrir un trésor

ͽ         il faut se procurer une agate ronde,

ͽ         faire rougir au feu le fer de la hache,

ͽ         la poser de manière que le tranchant soit bien perpendiculairement en l'air.

ͽ         On place la pierre d'agate sur le tranchant.

ͽ         Si elle s'y tient, il n'y a pas de trésor ;

ͽ         si elle tombe, elle roule avec rapidité.

ͽ         On la replace alors trois fois, et si elle roule trois fois vers le même lieu, c'est qu'il y a un trésor dans ce lieu même ; si elle prend à chaque fois une route différente, on peut chercher ailleurs.

 

2°) Lorsqu'on veut découvrir des voleurs

ͽ         on pose la hache à terre ; le fer en bas et le bout du manche perpendiculairement en l'air ;

ͽ         on danse en rond alentour jusqu'à ce que le bout du manche s'ébranle et que la hache s'étende sur le sol ;

ͽ         Le bout du manche indique la direction qu'il faut prendre pour aller à la recherche des voleurs.

ͽ         Quelques-uns disent que pour cela il faut que le fer de la hache soit fiché en un pot rond. « Ce qui est absurde tout à fait, comme dit Delancre, car quel moyen de ficher une cognée dans un pot rond, non plus que coudre ou rapiécer ce pot, si la cognée l'avait une fois mis en pièces ? »

 

3) Quelques autres méthodes d’utilisation sont aussi utilisées pour pratiquer l'Axiomancie :

ͽ        La première méthode consiste à lancer la hache contre un arbre. Pour faire une prédiction, le devin interprète la trajectoire de la hache qui va se planter dans l’écorce. Il étudie également l’inclinaison du manche, lorsque la hache s’est immobilisée. Ensuite, il observe avec attention la profondeur de l’entaille et surtout, l’endroit de son impact dans l’arbre et les figures qui se sont dessinées.

ͽ        La deuxième méthode, utilisée dans le but de découvrir un trésor. Pour ce faire, l'on doit se procurer une agate ronde, puis faire rougir au feu le fer de la hache; ensuite, on la pose de manière à ce que le tranchant forme un angle droit “à la verticale”, soit perpendiculairement en l'air. Puis sur le tranchant de la hache chauffée à blanc, on place la pierre d'agate. Si la pierre s'y tient, c'est qu'il n'y a pas de trésor; mais si elle tombe, elle tend à rouler avec rapidité et alors, on la replace trois fois. Finalement, si elle roule trois fois vers le même lieu, c'est qu'il y a vraisemblablement un trésor dans ce lieu même; mais si la pierre prend une route différente à chaque fois, on peut chercher ailleurs.

ͽ        La troisième méthode, a pour but de découvrir des voleurs. Pour ce, il suffit de poser la hache à terre, le fer en bas et le bout du manche “à la verticale”, soit perpendiculairement en l'air. Puis, il est de coutume de danser en rond autour de la hache, jusqu'à ce que le bout du manche s'ébranle et que la hache s'étende sur le sol. Ce faisant, le bout du manche de la hache indique la direction qu'il faut prendre pour partir à la recherche des voleurs.

 

La légende dit aussi que la hache posséderait une valeur magique liée à la fécondité. Et notamment dans les cultures germaniques, pour favoriser la naissance d’enfants sains et vigoureux, on plaçait une hache sous le lit des jeunes époux. Tandis qu'en Finlande, afin d'éloigner tout risque d’ensorcellement pour les futurs époux, on donnait des coups de hache sur le sol pendant la cérémonie du mariage.

© Décembre 2013
Créer un site avec WebSelf