L'Atlantide

 

 

L'Atlantide (c'est-à-dire « île d'Atlas ») est une île qui aurait été engloutie lors de la protohistoire grecque et d'Europe de l'Est.

Elle est mentionnée pour la première fois par Platon dans deux dialogues, Timée puis le Critias.

 

Récit du Timée

Platon évoque l'Atlantide au cours d'un récit fait par Critias, riche Athénien disciple de Socrate et parent de Platon lui-même.

Selon Critias, son arrière-grand-père Dropidès, s'est vu confier par le législateur Solon (VIe siècle av. J.-C.) une confidence que lui-même tenait d'un prêtre égyptien du temple de Saïs au cours d'un voyage d'études qu'il entrepris en Égypte en -570 sous domination Perse à cette époque.

Aux dires du prêtre,

 « En ce temps-là, on pouvait traverser cette mer Atlantique. Elle avait une île, devant ce passage que vous appelez, dites-vous, les colonnes d'Hercule. Cette île était plus grande que la Libye et l'Asie réunies. (…) Or, dans cette île Atlantide, des rois avaient formé un empire grand et merveilleux. »

Le prêtre entreprend ensuite de narrer la lutte des Hellènes menés par Athènes, puis d'Athènes seule, contre les soldats atlantes venus des îles « du fond de la mer Atlantique », événements qu'il situe 9000 ans avant son époque. Peu après la victoire, des tremblements de terre surviennent à Athènes ainsi que dans l'Atlantide.

 « Dans l'espace d'un seul jour et d'une nuit terribles, toute votre armée athénienne fut engloutie d'un seul coup sous la terre et, de même, l'île Atlantide s'abîma dans la mer et disparut. Voilà pourquoi, aujourd'hui encore, cet océan de là-bas est difficile et inexplorable, par l'obstacle des fonds vaseux et très bas que l'île, en s'engloutissant, a déposés. »

 

Récit du Critias

Le Critias entre davantage dans les détails, contant l'origine des habitants (nés de l'union de Poséidon et d'une mortelle, elle-même fille d'un autochtone) et leurs mœurs, la géographie de l'île, son organisation sociale et politique. La fin du Critias est perdue. Le récit s'interrompt au moment où Zeus décide de punir les Atlantes décadents.

Il a décrit de façon précise l'Atlantide, qu'il présente comme un monde idyllique. On peut en résumer les détails comme suit :

L'île est située au-delà des Colonnes d'Hercule, où se trouvent des fonds vaseux, restes de l'île disparue. Depuis cette île, on a accès au continent situé plus loin.

Le roi éponyme de l'Atlantide est Atlas, fils du dieu de la Mer Poséidon et de la nymphe Cleito.

L'île est divisée en dix royaumes gouvernés par Atlas et ses neuf frères puis par leurs descendants. Chaque royaume possède sa propre capitale, copiée sur la cité-mère, capitale du royaume d'Atlas, dessinée par Poséidon lui-même. La cité-mère est située autour d'un mont. Elle est circulaire et entourée de fossés navigables.

L'île est riche en ressources naturelles, parmi lesquelles figure un métal mystérieux, l'orichalque, mais doit aussi importer des produits, ce qui suppose des relations commerciales avec des peuples voisins.

La religion des Atlantes était centrée sur Poséidon, le père des dynasties royales, et incluait le sacrifice annuel d'un taureau que l'on devait capturer pour ensuite l'égorger sur un autel en forme de colonne.

Les Atlantes deviennent corrompus au fil du temps. Ils fondent par les armes des colonies des deux côtés de leur île, conquérant une partie de l'Afrique jusqu'à l'Égypte, et de l'Europe jusqu'à l'Italie. Athènes est le seul État capable de s'opposer à leur expansion.

L'Atlantide, ainsi que l'armée athénienne, ont été engloutis lors d'un immense raz-de-marée associé à des tremblements de terre, en un jour et une nuit. Platon ne donne pas d'explication géologique à cette catastrophe.

Ces événements ont lieu 9 000 ans avant l'époque de Solon.

 

L'Atlantide dans les textes anciens

Contrairement à une idée reçue, l'Atlantide en tant que telle apparaît très peu dans les anciens textes grecs ou latins :

Hérodote (v. 484—425 av. J.-C.) parle des Atlantes comme étant les habitants de la région du mont Atlas et tirant leur nom de cette montagne (Enquête, IV, 184-185). Néanmoins rien ne confirme qu'ils aient été autre chose que cela. Il n'y a pas de lien apparent avec l'Atlantide. L'évocation d'Hérodote n'a donc rien de fantastique. Selon Pierre Vidal-Naquet, Platon a pu s'inspirer du nom de la tribu libyenne donné par Hérodote - le dernier qu'il puisse citer vers l'ouest - pour nommer la cité fictive qu'il imaginait.

Thucydide (v. 460 ?—400 av. J.-C.) dans son Histoire de la guerre du Péloponnèse fait remonter l'histoire de la Grèce à la thalassocratie de Minos. Certains peuvent y voir une allusion à l'Atlantide, mais Thucydide ne cite jamais explicitement le mot « atlante » ou "Atlantide".

Le Pseudo-Apollodore (IIe siècle av. J.-C.), dans sa Bibliothèque, (II-5 –11 et II-119-120), situe le mont Atlas au pays des Hyperboréens, c'est-à-dire au nord de la mer Noire. Il n'y a pas de raison de lier le mont Atlas à l'Atlantide.

Diodore de Sicile, historien grec du Ier siècle av. J.-C., évoque l'Atlantide (Bibliothèque historique, III).

Le témoignage de Diogène Laërce (IIIe siècle) nous rapporte une tradition selon laquelle Platon aurait plagié l'œuvre de Philolaos de Crotone pour écrire son Timée. On ne saurait en déduire que Philolaos avait écrit avant Platon l'histoire de l'Atlantide : dans le Timée le récit sur l'Atlantide ne constitue qu'une digression.

 

Recherches archéologiques :

L'hypothèse de Santorin

À la suite de travaux de recherches des archéologues grecs Angelos Galanopoulos et Spyridon Marinatos, le Commandant Cousteau, mène une expédition qui conclut à l'existence d'un événement historique (le fameux cataclysme) dont parle Platon et la civilisation qui l'aurait subi et qu'il nomme "Les Atlantes" : La civilisation minoenne détruite à la suite de l'éruption de 'île de Santorin (vers -1650 av JC). En effet, malgré les erreurs dans les dates et dans la distance seulement, tous les autres détails de la culture atlante décrite par Platon sont identiques à la civilisation minoenne. Les premiers éléments découverts de la cité détruite, ont été decouverts sur le site d'Akrotiri, sur l'île de Santorin.

 

Les conférences de Milos

Une conférence internationale s'est tenue en Grèce à Milos en 2005 avec pour ambition proclamée de trancher sur la question de l'origine du mythe et de faire le point sur les connaissances récentes. Si le professeur Christos Doumas, historien et archéologue grec, y a soutenu l'idée de la non-existence de l'Atlantide, des indépendants et des chercheurs de diverses disciplines ont présenté diverses hypothèses de localisations sans parvenir à aucun accord sur la localisation définitive de l'Atlantide et ont établi une liste de 24 critères nécessaires à l'identification d'un site avec l'Atlantide. Une deuxième conférence fut organisée en 2008 à Athènes, une troisième s'est tenue à Santorin en 2010.

 

Les 24 critères d'identification sont :

1. La métropole atlante ne devrait être localisée que là où existait une île et où des parties de cette île peuvent encore exister.

2. La métropole atlante devrait avoir eu une géomorphologie spécifique, composée d'anneaux concentriques alternés de terre et d'eau.

3. L'Atlantide devrait avoir été située au-delà des Colonnes d'Hercule.

4. La métropole atlante était plus grande que la Libye, l'Anatolie, le Moyen-Orient et le Sinaï réunis.

5. L'Atlantide doit avoir abrité une population instruite avec des qualifications en métallurgie et en navigation.

6. La métropole atlante devrait avoir été assez facilement accessible d'Athènes par la mer.

7. À l'époque, l'Atlantide devrait avoir été en guerre avec Athènes.

8. La métropole d'Athènes doit avoir subi à l'époque une destruction physique dévastatrice sans précédent.

9. La métropole atlante devrait être entièrement ou en partie sous les eaux.

10. La métropole atlante a été détruite 9000 "années égyptiennes" avant le VIe siècle av. J.-C.

11. Le port de la métropole atlante était à 50 stades (7,5 kilomètres) de la ville.

12. L'Atlantide a eu une densité de population élevée, assez pour entretenir une grande armée (10 000 chars, 1 200 bateaux, 1 200 000 hoplites)

13. La religion atlante comportait le sacrifice de taureaux.

14. La destruction de l'Atlantide a été accompagnée d'un tremblement de terre.

15. Après la destruction de l'Atlantide, le passage des bateaux a été rendu impossible.

16. Les éléphants étaient présents en Atlantide.

17. Aucun processus physiquement ou géologiquement impossible n'est en cause dans la destruction de l'Atlantide.

18. Des sources chaudes et froides, avec dépôts de minerai, étaient présentes en Atlantide.

19. La Métropole atlante était située sur une plaine côtière de 2 000 × 3 000 stades, entourée par des montagnes tombant dans la mer.

20. L'Atlantide commandait d'autres États pendant la période.

21. Les vents en Atlantide venaient du nord (seulement dans l'hémisphère nord)

22. Les roches en Atlantide étaient de diverses couleurs: noir, blanc, et rouge.

23. Il y avait des canaux pour l'irrigation en Atlantide.

24. Chaque 5e et 6e année, les Atlantes sacrifiaient des taureaux.

 

L'orichalque

L'orichalque, métal inconnu qui avait fait la richesse des légendaires Atlantes comme l'étain fit celle des Phéniciens. Peut-être s'agissait-il de cuivre ou d'un alliage semblable à celui du bronze nécessitant l'étain.

Les lieux dans lesquels on trouvait en abondance dans l'antiquité les minerais de cuivre, d'argent et d'étain étaient le Sud-Ouest de la Sardaigne, près du mont Sirai couronné d'un nuraghe au pied duquel se trouve un site phénicien, le sud de l'Espagne en amont du Guadalquivir et les îles Sorlingues (îles Britanniques) et l'actuelle Grande-Bretagne.

 

L'Atlantide selon l'ésotérisme occidental

L'ésotériste Helena Blavatsky, fondatrice de la Société théosophique, a tracé en 1888 une histoire occulte de l'humanité. À propos de l'Atlantide, elle écrit : « c'est le nom du quatrième continent. Ce serait la première terre historique, si l'on prêtais aux traditions des Anciens plus d'attention qu'on ne l'a fait jusqu'à présent. La fameuse île de Platon, connue sous ce nom, ne constituait qu'un fragment de ce continent ». L'Atlantide est considérée par cette dernière comme le quatrième continent, car il aurait été précédé par ceux de la Lémurie, de l'Hyperborée et par le continent Polaire. Le théosophe William Scott-Elliot publia en 1896 une Histoire de l'Atlantide, où il décrit les différents peuples qui se sont succédé sur ce continent ainsi que leur vie spirituelle. À partir de 1904, le spiritualiste Rudolf Steiner complète les descriptions de Scott-Elliot dans son livre Chronique de l'Akasha en insistant sur l'évolution intérieure de l'humanité atlante qui a préparé les facultés de notre humanité actuelle. Steiner fait correspondre le déluge atlante avec la fin de la dernière glaciation soit il y a 10 000 ans.

Source : Wikipédia

 
Vign_Atlantide
 
Vign_Atlantide1
 
Vign_Atlantide2_18eme_siecle
 
Vign_atlantide3
 
Vign_atlantique5
© Décembre 2013
Créer un site avec WebSelf