Contes et histoires des Sorciers et Sorcières d'Espagne 

 

La sorcière triste

            L'on raconte, à la ferme dite El Centro, que dans le temps, il apparaissait des sorcières transformées en bêtes, qui attendaient que quelqu'un passe sur le chemin pour lui sucer le sang.

            C'est pour cela que personne ne sortait après le coucher du soleil. Il n'y avait qu'un homme qui n'y croyait pas; il vivait en bordure de la ferme avec son petit-fils de trois ans qui le suivait partout. Il n'était pas rare que les deux restent plusieurs jours dans la montagne pour surveiller le bétail. Ils s'installaient à côté d'un arbre et, la nuit tombée, ils s'endormaient sans s'inquiéter ni de sorcières ni d'apparitions.

            Un jour, arrivés dans la forêt à la nuit tombante, l'enfant ne tarda pas à s'endormir. L'homme l'enveloppa dans une couverture et alla ensuite ramasser du bois. Il était déjà assez loin de l'arbre lorsqu'il entendit un fort cri de femme venant de l'endroit où se trouvait son petit-fils. Il courut retrouver l'enfant. Dans l'arbre le plus près du garçon il y avait une chouette aux yeux brillants et à l'aspect terrifiant. Quand il la vit, l'homme lui jeta une pierre pour l'effrayer, mais au lieu de cela, la bête s'approcha de l'enfant. Alors l'homme prit son petit-fils dans ses bras et se mit à prier en regardant la chouette droit dans les yeux. Et voilà que la chouette se tut et tomba de l'arbre.

            L'homme continua à prier ; la bête se roula par terre et finit par se transformer en une fille qui habitait la ferme.

- Je vous en supplie, ne dévoilez mon secret à personne, dit la sorcière.

- Seulement si tu me promets de ne pas t'approcher de nous, répondit l'homme.

            L'homme ne révéla jamais le nom de la fille mais il raconta aux voisins qu'il avait vu une sorcière et que c'était une femme qu'ils connaissaient tous.

            Depuis ce moment-là, l'on entend de tristes lamentations de femme dans l'arbre ; l'on dit que c'est la sorcière qui pleure parce que quelqu'un connaît son secret.

Contes de Galice

 
Retour page précédente
© Décembre 2013
Créer un site avec WebSelf