Contes et histoires de Sorciers et de Sorcières

des Iles de Jersey et de Guernesey

 

Les Sorcières de Rocqueberg


            Sur la côte sud de l'île, dans la paroisse de Saint Clément, on peut découvrir un promontoire rocheux duquel émerge une arête granitique connue sous le nom de Rocqueberg.

            Selon la légende, cet endroit inquiétant était le lieu où sorcières et adorateurs du diable se retrouvaient et aucune personne sensée ne s'en serait approchée un vendredi soir, surtout les nuits de pleine lune. On prétend qu'à un endroit précis de cette roche, l'empreinte fourchue du diable est encore très clairement visible.

            Deux légendes, l'une du 17e siècle, l'autre du 18e, sont associées à ce lieu peu hospitalier :

            La première met en scène un jeune pêcheur prénommé Hubert. Celui-ci était fiancé à la jeune Madeleine. Chaque soir, lorsqu'il quittait Madeleine, il devait passer par Rocqueberg et cet endroit le fascinait. En passant par là, une nuit, il aperçut plusieurs jeunes filles très belles qui dansaient autour du rocher. Elles lui proposèrent de se joindre à elles le soir suivant. Madeleine, mise au courant de ce projet, eut un pressentiment et suivit Hubert. Elle le découvrit à sa grande horreur au centre d'un cercle de sorcières dansant autour de lui. Elles lui avaient jeté un sort de sorte que le jeune homme ne voyait en elle que de très belles jeunes filles. Madeleine prit un crucifix qu'elle tenait dissimulé sous son manteau et le jeta sur les immondes sorcières. Hubert fut délivré de l'envoûtement et les sorcières disparurent, leurs cris aigus résonnant dans la nuit ; on ne les revit plus jamais.

            La seconde histoire est aussi celle d'un jeune pêcheur. La mer qui s'étend au pied de ces côtes de Jersey est particulièrement perfide car elle dissimule de nombreux écueils. La légende rapporte que les sorcières de Rocqueberg ne laissaient franchir ce promontoire aux pêcheurs qu'à l'unique condition qu'ils leur jettent le treizième poisson pris dans leurs filets. S'ils manquaient à cette exigence, les sorcières jetaient un sort qui déchaînait une monstrueuse tempête et leur bateau allait se briser sur les rochers.

            Un brave pêcheur refusa de se plier à cette exigence : au lieu de cela, il sortit une étoile de mer de son filet, lui coupa l'un des bras et le jeta aux sorcières en criant : 'La croix est mon droit de passage'. Elle atterrit au milieu des sorcières sous la forme d'une croix. Celles-ci disparurent ; on ne les revit plus jamais.

 
Retour page précédente
© Décembre 2013
Créer un site avec WebSelf