Les procès de Sorciers et de Sorcières en Hongrie

 

Les procès de Szeged

 

Les procès de Szeged, qui eurent lieu dans la ville de Szeged en Hongrie entre 1728 et 1729, furent peut-être la plus grande chasse de sorcière en Hongrie. Il mena à la mort de 14 personnes.

Les procès avaient été préalablement interdits par le décret de Roi Kálmán (Coloman) dans lequel il avait exposé son Livre Légal de 1100, De strigis vero, que non sunt, ne ulla questio fiat traduit par « Sur la question des sorcières, il n'y a aucune telle chose, donc aucune enquête à mener ou de procès à tenir ». Cependant, comme la Hongrie était un pays occupé pendant cette période, les lois des occupants, soit des Habsburg, s’imposaient aussi bien que certaines des lois propres au pays.

Le procès fut organisé par les autorités, qui choisirent cette mesure pour se débarrasser des plaintes des occupés contre la sécheresse et ses conséquences comme la famine et les épidémies en mettant la responsabilité sur des gens choisis parmi eux, qui avaient fraternisé avec le Diable. S'ils étaient tués, les problèmes seraient résolus ; Dieu n’aimait pas ces gens et ainsi ils étaient punis. Par ailleurs une crainte avait surgi dans l'empire des Habsburg que des sorcières avaient commencé à s’organiser comme des unités militaires. De plus une crainte particulière existait en Hongrie, les sorcières étaient aussi des vampires.

Parmi les gens accusés fut l'ancien juge et le citoyen le plus riche de la ville, Dániel Rózsa âgé de 82 ans qui dit être le chef des sorcières et Anna Nagy Kökényné, une sage-femme qui l'avait accusé de sorcellerie.

Le 23 juillet 1728, 14 personnes dont six hommes et six femmes, furent condamnées au bûcher pour la sorcellerie dans la péninsule du Tisza, appelé Boszorkánysziget, l'île des Sorcières.

Les procès arrivèrent en Hongrie au 16ème siècle, mais n’atteignirent leur apogée que vers les années 1710 et les années 1720, quand une réelle panique se développa. En 1756, l'Impératrice Marie-Thérèse d'Autriche, reine de Hongrie, ordonna que tous les cas de sorcellerie soient confirmés par la Cour Suprême, qui mit plus ou moins fin aux procès ; la dernière personne à être exécutée pour sorcellerie en Hongrie le fut en 1777.

Source : Wikipedia (en)

 
Retour page précédente
© Décembre 2013
Créer un site avec WebSelf