Le procès de Roermond

 

Le procès eut lieu dans la ville de Roermond aux Pays-Bas alors espagnols en1613. Il mena à la mort de 64 personnes.

Avant 1613 les procès étaient à l’initiative des paysans quand ils estimaient qu'eux, leur famille, leur bétail ou récolte avaient été ensorcelés.

Ils allaient alors chez l'accusé et lui demandaient de les bénir ou leurs enfants, les animaux ou la récolte. Ceci signifiait « dissiper » l'ensorcellement. C’est-à-dire que l'accusé responsable de l'ensorcellement devait le dissiper admettant ainsi sa culpabilité. L’accusé pouvait donc commencer son propre procès en calomnie face à ses accusateurs, ce qui empêchait un réel procès en sorcellerie.

Si l'honneur de l’accusé ne pouvait pas être rétabli de cette façon, un procès formel était engagé. Les accusateurs devaient montrer la preuve à la cour. Les dommages devaient être prouvés à l'aide de témoins, ou autrement l’accusé était libéré. Si l'accusé pouvait trouver assez de témoins (environ quatre à huit) pour sa défense, on déclarait l’accusé non coupable et il/elle était relaxé(e). Le jugement dépendait donc de l'influence ou de la popularité de l'accusé.

Ces procès portaient habituellement plus sur des pactes hérétiques avec le diable. La torture était seulement utilisée si l’on considérait que la culpabilité de l’accusé était prouvée et tout ce qui était nécessaire pour cela était une confession. Pendant ces procès l'accusé n'était pas forcé de nommer d'autres sorcières ou sorciers.

            • 1522 – Trijn van der Moelen fut soupçonnée de sorcellerie. Elle fut arrêtée parce qu'elle avait dérangé quelqu'un dans larue. Elle admit qu'elle avait ensorcelé des gens et des animaux et avait fait un pacte avec le diable. Elle fut condamnée au bûcher.

            • 1525 – Deux femmes furent accusées d'avoir ensorcelé des gens, des chevaux, des vaches et des moutons. Les deux accusations venaient de paysans. L'accusation d'avoir fait un pacte avec le diable apparut seulement sous la torture. Elles furent condamnées au bûcher.

En 1572, la ville de Roermond fut remise aux Orangistes et aux Protestants par les Espagnols, mais en 1580 elle fut reconquise par les Espagnols catholiques. Les mercenaires des deux armées étaient restés et pillaient toujours le secteur.

            • 1581 – Kael Merrie fut soupçonnée de sorcellerie : un enfant était tombé malade, un porc était paralysé, le lait d'une vache ne pouvait plus donner du beurre, etc. Elle nia les accusations mais fut reconnue coupable et bannie. Sortie de Roermond elle fut interceptée par des mercenaires et noyée dans la rivière Maas. Deux autres femmes soupçonnées de sorcellerie venues à Roermond pour plaider leur innocence furent elles aussi noyées par les mercenaires espagnols dans la Maas.

Les juges restaient sceptiques aux accusations des paysans, mais furent impuissants devant les lynchages dans lesquels les mercenaires jouaient un grand rôle. Dès lors les accusés furent forcés sous la torture d'admettre qu'ils étaient des hérétiques qui avaient fait un pacte avec le diable et avaient même eu des relations sexuelles avec lui et dansé pendant les Sabbats avec d'autres sorcières.

            • 1587 – Lors de quelques procès (dont le résultat reste inconnu) 6 femmes furent accusées, parmi lesquelles Ummel Heynen. Lors d’un jour où le vent soufflait sur la rivière Ruhr, un soldat hollandais la vit faible parce qu'elle avait eu des relations    sexuelles avec le diable. La fille du maire était morte après qu’Ummel Heynen lui ait donnée quelque chose à boire. Ummel Heynen avait soupiré et avait maudit quand elle fut forcée de franchir un balai qu'un caporal avait déposé devant elle comme test (le folklore prétendait que les sorcières ne pouvaient pas franchir des manches à balai). Quelqu'un dit avoir entendu le bruit de mille chats (pendant les Sabbats les  sorcières venaient sous la forme de chats, danser ensemble et avaient des relations sexuelles avec le diable). Les voisins d'Ummel Heynen étaient deux sœurs dont la mère avait été brûlée comme une sorcière, ce qui suffisait à rendre Ummel Heynen  suspect de sorcellerie. Dans les accusations des paysans il n'y avait pas uniquement l'accusation de sorcellerie, mais il y avait aussi les relations sexuelles avec le diable.

            • 1594 – Il y eut probablement aussi un procès à Roermond. Les accusations portaient sur le Sabbat auquel se rendaient les sorcières sous la forme de chat et leurs relations  sexuelles avec le diable qui prenait la forme d’un matou. Il y avait aussi un diable qui avait la forme d'une chèvre. Les sorcières pouvaient se changer en chiens, chats,  lièvres, loups et autres animaux.

            • 1611 – Itgen Heudders toucha accidentellement un enfant qui alors eut une éruption.  Elle dut comparaître devant les juges et dissiper l'ensorcelant. Lorsqu’elle refusa, elle fut jetée dans un cachot souterrain, mais quand il fut avéré qu’elle était d'une famille aisée elle fut relâchée.

On connaît seulement ces infâmant procès grâce à un pamphlet. Les papiers originaux ont été perdus. 64 sorcières furent arrêtées. Les accusations étaient : avortements, maladies sur les animaux et les poissons, maladies sur les récoltes et beaucoup de personnes perdant leur gagne-pain. Les sorcières avaient ensorcelé tous ces gens. Les accusations ne vinrent plus des paysans, mais de l'église et du gouvernement qui avaient examiné les plaintes eux-mêmes et avaient décidé des accusations. Il y eut alors une vraie enquête. Les accusations étaient non seulement la sorcellerie, mais aussi l'hérésie et des pactes avec le diable et des danses et des relations sexuelles avec lui. Les sorcières furent forcées au moyen de la torture de révéler les noms d'autres sorcières qui avaient participé au Sabbat. La dénonciation d'autres sorcières était la cause principale du grand nombre de procès.

Tryntjen van Zittaert fut la première à être arrêtée avec sa fille qui lui aurait appris la sorcellerie. En jouant avec des enfants dans la rue elle aurait montré le métier à d'autres enfants. La fillette de 12 ans avait apparemment fait apparaître magiquement des choses de sa bouche, comme des pièces de monnaie. Un magistrat prit note et la mère et la fille furent arrêtées. La fille dit qu'elle avait tout appris à sa mère. Toutes deux étaient de Sittard, où l’on permettait des choses comme la prestidigitation, mais plus dans la Roermond protestante. Tryntjen van Zittaert fut torturée et reconnue coupable du meurtre de 41 enfants par magie et aussi de 3 hommes et 7 femmes et beaucoup de récoltes et d’animaux. Elle accusa aussi le chirurgien Jan van Ool d'être un sorcier. Ce Jan van Ool était de Gulik qui était aussi moins strict religieusement que Roermond. Après quatre jours en détention préventive la mère fut condamnée au bûcher, la fille fut enfermée au couvent pour le reste de sa vie.

Dix autres sorcières furent arrêtées avec Jan van Ool. Il reconnut avoir essayé de convaincre sa femme de sceller un pacte avec le diable, ce qu'elle refusa. Il prétendit qu'elle fut effrayée lorsqu’il l’ensorcela, donc il l’avait coupé en morceaux et jeté dans un puits et avait dit qu'elle était partie en courant. Il fut forcé par le diable de tuer un patient par magie pour chaque dix personnes qu'il guérissait. En 16 ans il aurait tué 150 personnes ; ce qui signifierait qu'il aurait traité environ 1500 personnes. Pendant sa torture il accusa 41 autres sorcières. Il fut brûlé vif.

Ces 41 sorcières furent aussi arrêtées. Elles reconnurent avoir tué des enfants, estropié ou rendu des gens de malade, y compris leurs familles propres. Elles avaient été forcées d’agir ainsi par le diable.

Près de Straelen les magistrats arrêtèrent 10 autres sorcières, qui à leur tour accusèrent une sage-femme nommée Entjen Gillis. Entjen Gillis avoua avoir tué les fœtus de 40 femmes enceintes et 150 bébés juste après leur naissance. Elle avait aussi tué leurs mères et son époux et ses enfants par sorcellerie. Elle fut brûlée vive.

En tout il y eut 63 sorcières et Jan van Ool ; ainsi pendant un mois deux personnes furent  condamnées chaque jour au bûcher. Les procès furent traités pendant une période très courte. Les magistrats décidèrent que cela devait être fait parce que plus de 600 enfants nouveau-nés et 400 vieillards et plus de 6000 animaux avaient apparemment été tués par sorcellerie.

Source : Wikipedia (en)

 
Retour page précédente
 
© Décembre 2013
Créer un site avec WebSelf