Les procès de la Moravie du nord

 

Ces procès, connus aussi comme les procès de Boblig sont une série des procès qui se tinrent à Jeseník et à Sumperk entre 1622 et 1696.

On considère que ces procès firent partie de la contre-réforme catholique. Les Bohémiens voulaient abandonner la religion protestante après que la Bohême ait été conquise par l'Autriche pendant la Guerre de Trente Ans. Il y avait aussi une grande opposition à l'oppression sociale de fermiers par les propriétaires terriens. Ces rébellions rappellent celles menées en 1659-1662 par Krystof Winter, Mikulás Patzold et Jan Jaschke.

Le prêtre jésuite Arnold Engel fut la première personne à être désignée comme pratiquant la sorcellerie. Pour attirer l'attention de l'Empereur Léopold 1er, il écrivit un mémorandum spécial décrivant les moqueries des protestants dont les catholiques étaient victimes. Dans sa brochure, Arnold Engel se référa aussi "à la prospérité de l'art de la sorcellerie et du mal". Il nota, cela "... tant de morts, qui ne sont pas morts en toute bonne foi, mais avaient des rapports avec le diable, se lèvent de leurs tombes et causent de lourds dégâts tant aux résidants qu'à leur bétail."

Les procès étaient jusque-là rares en Bohême et en Moravie. Les premiers procès commencèrent à Jeseník en 1622, quand 4 femmes furent exécutées. En 1636, la première grande chasse éclata et dura jusqu'en 1648 ; le nombre d’exécutés reste inconnu mais il fut important. En 1651, 86 personnes furent exécutées dont 250 personnes dans la période de 1622-1651. En 1667, 16 autres furent brûlées à Ratibor.

À Pâques 1678, Maria Schuhová de Vernířovice alla à l'église et pendant la messe, elle fut observée sortant le pain de communion de sa bouche pour le mettre dans son livre de messe. Ce fut le point de départ des procès. On conseilla à la Comtesse Angelia Anna Sibyla de Galle, la noble locale, de former une commission. Le juge de l’inquisition Jindřich František Boblig fut recommandé comme juge et président de la commission. Jindřich František Boblig devait devenir un chasseur de sorcières bien connu.

La comtesse n'approuva pas initialement la torture. Mais par la torture Marie Schuhová désigna la sage-femme Dorota Grörová, qui à son tour désigna Dorota Davidová qui se servait de la communion pour un charme qui était censé donner plus de lait aux vaches. Jindřich František Boblig convainquit ainsi la comtesse que la torture était nécessaire et après que cela, elle fut très utilisée. L'accusé était aussi déshabillé et la marque du Diable recherchée.

En 1679, Marie Schuhová et trois autres femmes furent condamnées au bûcher ; Dorota Davidová, morte en prison vit son cadavre brûlé tout de même.

Jindřich František Boblig et sa commission continuèrent leur travail et furent maintenus pour des raisons économiques (confiscation des biens des condamnés). Ils se tournèrent alors vers la ville de Sumperk, où beaucoup de familles riches vivaient. Kaspar Sattler et sa femme Marie furent parmi ceux reconnus coupables par lui.

En février 1680, cinq femmes furent décapitées puis brûlées. D'habitude, ceux reconnus coupables par Jindřich František Boblig étaient condamnés au bûcher. A Velké Losiny, Marie Sattlerová fut désignée par certains d'entre eux. Quand quatre femmes furent brûlées en septembre 1680, la foule observant l'exécution pleura Jésus de pardonner aux juges. Cela fit une impression sur le prêtre Tomás König. Ensemble avec d'autres prêtres, il protesta contre Jindřich František Boblig, disant que si on permettait à la commission de continuer bientôt plus personne ne pourrait être certain de garder la vie sauve. Jindřich František Boblig réagit avec une action considérant que les critiques suggéreraient leurs auteurs étaient des sorciers aussi. Tomás König mourut en 1682, évitant de justesse une arrestation, Jindřich František Boblig était prêt à présenter une accusation de sorcellerie contre lui.

Un autre critique Krystof Alois Lautner, curé de Sumperk était une personne populaire pour sa tolérance. La famille Sattler appartint aux accusés les plus connus de ces procès. Ils s’étaient opposés aux membres de la commission. Jindřich František Boblig avait longtemps planifié de les avoir accusé pour leur confisquer leur propriété. Une personne déjà arrêtée fut désignée pour les impliquer. Kaspar Sattler, sa femme Marie et fille Lizl furent arrêtés et torturés. On leur fit impliquer Zuzana Voglicková, la gouvernante de maison et la maîtresse de Krystof Alois Lautner. On leur fit avouer aussi avoir commis l'inceste et des relations sexuelles avec des démons au Sabbat. Ils impliquèrent Krystof Alois Lautner, qui fut arrêté avec la permission de l'évêque. Krystof Alois Lautner, Zuzana Voglicková et la famille Sattler furent condamnés au bûcher en 1685.

Les persécutions continuèrent pendant dix-huit ans, jusqu'à la mort de Jindřich František Boblig en 1696. Environ cent personnes furent exécutées par lui entre 1678 et 1696 pour sorcellerie.

Source : Wikipedia (en)

 
Retour page précédente
 
© Décembre 2013
Créer un site avec WebSelf