Anna Klemens

Anna Klemens (1718-1800) a été convaincue de sorcellerie à Brigsted dans le Horsens au Danemark. Elle fut la dernière sorcière à être condamnée à mort par un tribunal populaire au Danemark.

Anna Klemens était une mendiante qui consulta avec plusieurs autres personnes une femme rusée. Quand elle entra à la pièce, la "Femme Sage" la pointa du doigt et s’écria : "ici se trouve le maître de la sorcellerie !" Elle ordonna à six des hommes présents de battre Anna, car l’on pensait que la magie quittait le corps d’une sorcière quand son sang avait été versé. Les gens lui obéirent par crainte et par respect pour la sagesse et le jugement de cette "Femme Sage ", mais Anna succomba, battue à mort. La femme rusée fut exécutée meurtre et les hommes furent bannis.

Longtemps après que les cours de justice aient arrêté d'exécuter des sorcières suite à l'exécution d'Anne Palles, la croyance en l’existence de la sorcellerie menait à des procès populaires et à des condamnations à mort de présumées sorcières au cours du 18ème siècle. A Øster Grønning dans le Salling en 1722, les villageois appréhendèrent une femme, Dorte Jensdatter, qu'ils soupçonnaient d'avoir provoqué plusieurs morts et problèmes dans le village par actes de magie et ont tenu un procès populaire. Quand ils furent convaincus de sa culpabilité, ils la ligotèrent dans sa maison et y mirent le feu ; plusieurs de ces villageois furent par la suite condamnés à mort pour ce meurtre.

Source : Wikipedia (en)

 

Christenze Kruckow

Christenze Kruckow (1558 - 26 juin 1621) était une noble dame exécutée pour sorcellerie en Scandinavie.

Comme il était de tradition pour les enfants nobles, Christenze fut élevée dans une autre famille noble, celle d’Eiler Brockenhuus et de sa femme dans l'état du Nakkebölle.

Quand Brockenhuus devint un veuf en 1582, Christenze espéra qu'il l'épouserait, mais en 1584, il épousa Anne Bille. Anne Bille porta dix-sept enfants, qui tous moururent. Quand la cousine d'Anne porta elle aussi un enfant mort-né en 1596, elle accusa trois femmes d’avoir causé sa mort par utilisation de sorcellerie et les fit condamner au bûcher. Anne commença alors à penser que son propre malheur avait été causé par la sorcellerie. Elle suivit l'exemple de sa cousine et accusa une femme nommée Åse Lauridses.

Åse Lauridses avoua que le lit matrimonial d'Anne avait été maudit par Gunder Kaeldersvends, un démon et Christenze Kruckow. Une autre femme, Johanne Jensens, ajouta que Christenze était présent au Sabbat de Bloksberg.

Johanne Jensens fut brûlée pour sorcellerie, mais les autorités ne voulurent pas accuser un membre de la noblesse et le frère de Christenze obtint une nouvelle maison pour sa sœur à Ålborg.

En 1611, des rumeurs d’étranges maladies circulaient dans la ville d’Alborg et parlaient de chats et de porcs dans le cimetière. En 1619, les autorités investiguèrent. Plusieurs femmes furent brûlées pour sorcellerie et elles dénoncèrent Christenze comme l’une d'entre elles, mais là encore les autorités ne voulurent pas accuser un membre de la noblesse.

Le roi, Christian IV du Danemark, cependant, qui portait un grand intérêt à la sorcellerie, encouragea les gens à l'accuser. Un prêtre l’accusa d'avoir causé la mort de sa femme ; Peder Poulsen l'avait vue lorsqu’une sorcière donna naissance à un ogre ; et Sören Tommermand avait été la victime d'une attaque au couteau après que Christenze lui eut promis le malheur.

Christenze fut alors arrêtée. Elle admit qu'elle avait maudit le lit de noce d'Anne Bille et qu'elle n’aimait pas la femme du prêtre. On la jugea coupable et la condamna à mort pour sorcellerie. Christenze fut décapitée comme privilège de son statut noble et fut enterrée selon les rites de l'église, contrairement aux autres sorcières qui étaient brûlées et généralement enterrées en terre non consacrée.

En Scandinavie, il était rare que les nobles fussent accusés et condamnés pour sorcellerie. En Suède l’on ne connaît que la noble Kerstin Ulfsax qui fut exécutée dans 1585.

Source : Wikipedia (en) 

 

Anne Palles

Anne Palles (1619 - 4 avril 1693) fut la dernière personne légalement exécutée pour sorcellerie au Danemark.

En 1692, Karen Gregers Madsens de Lommelev fut accusée d'empoisonnement. Elle fut embauchée par Ingeborg Olufsdatter à Nykøbing Falster pour droguer et assassiner son mari abusif et violent, Oswald Egger. Karen Gregers Madsens suggéra qu’Oswald Egger devait absorber l’os d'un cadavre du cimetière, afin que ce mort puisse venir le tuer. L'amant d'Ingeborg, Ole Boesen, se procura l'os, mais cela ne fonctionna pas et Oswald Egger dut être assassiné avec du poison. Après avoir été interrogée par six prêtres, elle avoua pratiquer la magie et dénonça Anne Kruse, Abigael Nielsdatter et Anne Palles à Tåderup comme des sorcières, ainsi que 96 autres clients.

Anne Palles passa en jugement en 1692, fut accusée d'avoir enchanté le bailli, Morten Faxe, par magie. Le bailli s’était emparé d’une propriété à Øverup appartenant précédemment à Anne Palles et son mari Peder. Avant de quitter la ferme, Anne Palles y fit "un pipi de la malchance" ; ce qui empêcha Morten Faxe de s’y sentir à l’aise. Karen Gregers Madsens avoua l’avoir vu faire. La propriété était de très bonne qualité ; Anne l'avait héritée de son premier mari, Niels et on pensait que son deuxième mari l'avait épousée pour cela - après qu'ils l'aient perdue, le mariage devint malheureux.

Elle fut aussi accusée d'avoir assassiné une femme par l'utilisation de magie après que son mari soit tombé amoureux d’elle. En 1691, son mari avait dansé et flirté avec Maren Jacobsdatter et Anne avait promis à Maren un accident, pour qu'elle ne soit plus capable de danser avec d'autres hommes mariés et d’être admirée. Par la suite Maren tomba malade et finalement mourut.

Troisièmement, elle fut accusée d'avoir gâté la moisson d’un homme, Hans Sværke, qui était coupable d'avoir enrôlé de force son fils dans l'armée.

Anne Palles fut emprisonnée à Nykøbing Slot le 31 août 1692. Un groupe de prêtres commença à l'interroger avant même que le procès n'ait officiellement commencé. Quand le procès fut ouvert le 27 septembre 1692, elle avait déjà avoué qu’elle était une sorcière. Elle avait rencontré Satan sous la forme d'un chat noir nommé Puus, qui l’appelait Annis et elle s’était donnée à lui son corps et âme. Elle ne savait pas si c'était arrivé il y avait six ans ou s’il y avait cinquante ans, quand elle avait épousé son premier mari. Son familier l’avait aidé à prendre la forme d'un cheval ou d’un mouton et Hans Stan l’avait aidé aussi et se nourrissait de flocons d'avoine. Elle avait aussi été au Sabbat à Hesnæs avec d’autres femmes elles-mêmes accusées et Hans Stang de Hasseløa jouait du tambour tandis qu'Abigael Nielsdatter, que Stan appelait "Biegell", dansait.

Le 2 novembre 1692, la cour, menée par le juge Morten Faxe, la jugea coupable et la condamna à mort. Quand le verdict fut confirmé par la cour plus haute, Anne Palles se rétracta ; elle dit qu'elle avait seulement avoué parce que les prêtres l'avaient torturée en prison. Elle avait eu peur de retirer sa confession auparavant, parce qu’un prêtre l'avait menacé de lui faire arracher la langue et de la faire brûler vive. Une majorité de la Cour Suprême à Copenhague, cependant, vota pour son exécution. D’autres femmes furent accusées : Anne Kruse fut condamnée à la même sentence, mais elle mourut en prison avant l'exécution. Abigael Nielsdatter fut libérée mais bannie pour "son mauvais nom" et Karen de Lommelev fut flagellée et bannie.

Normalement, le mode d'exécution pour les gens condamnés de sorcellerie au Danemark était d’être brûlée vif, mais Anne Palles fut épargnée par permission spéciale du roi, qui ordonna  qu’elle fut décapitée avant d’être brûlée. Le 4 avril 1693, on flagella Karen, le cadavre d'Anne Kruse fut brûlé et Anne Palles fut décapitée et son corps jeté au bûcher.

Anne Palles fut la dernière personne à être légalement exécutée pour sorcellerie au Danemark, mais son cas n'était pas le dernier. Le dernier grand procès fut celui de Thisted qui eut lieu en 1698 et où plusieurs femmes furent condamnées à mort. Après enquête, il s’avéra que les preuves étaient fausses et elles furent libérées. Après cela, les autorités danoises furent peu disposées à accepter les accusations de sorcellerie. Quand la cour locale de Schelenburg condamna deux femmes à être brûlées en 1708, la sentence fut révoquée par la Cour Suprême.

Anne Palles fut appelée la dernière sorcière du Danemark, mais la toute dernière personne à être légalement exécutée pour sorcellerie au Danemark fut un soldat exécuté à Bremerholm en 1722. Il fut, toutefois, jugé et exécuté par une cour militaire. Les cours ont continué à condamner des gens pour sorcellerie longtemps après Anne Palles, mais il n’y eut pas d’exécution. En 1733 un étudiant et en 1752 un fermier furent condamnés à la prison à vie et aux travaux forcés après avoir été jugés coupables d'un pacte avec le Diable et, en 1803 deux artisans furent condamnés pour le même crime. Aucun d'eux n'a été exécuté.

Longtemps après les cours arrêtèrent d'exécuter des sorcières, cependant, la croyance en la sorcellerie mena à des procès populaires. A Øster Grønning en Salling en 1722, les villageois appréhendèrent Dorte Jensdatter, qu'ils soupçonnaient d'avoir causé la mort par magie et l’exécutèrent en la brûlant dans sa maison. On dit que le dernier cas fut celui d'Anna Klemens, qui fut battue à mort en 1800.

Source : Wikipedia (en)

 

Gertrud Skomagers

Gertrud Rasmus Skomagers (morte en 1556 fut accusée et exécutée pour sorcellerie. Son cas contribua au changement de la loi sur la sorcellerie au Danemark.

Gertrud Skomagers fut accusée par Hans Ipsen à Rudkøbing pour avoir nui à lui et sa propriété par l'utilisation de magie. Les accusations furent soutenues par 16 témoins et les rumeurs circulaient disant qu’elle était une sorcière. Gertrud Skomagers maintint son innocence même sous la torture. Elle fut reconnue coupable et condamnée à être brûlé. Gertrud Skomagers fut exécutée sans avoir admis sa culpabilité.

L'année suivante, son conjoint déposa une plainte devant le monarque. On considéra sa plainte comme juste, on déclara que le jugement était entaché d’erreur judiciaire et les témoins furent condamnés à une amende. Le cas de Gertrud Skomagers mena à une nouvelle loi, qui interdit aux juges locaux d'exécuter quelqu'un pour sorcellerie avant que leurs verdicts n'aient été confirmés par la Cour Suprême.  

Source : Wikipedia (en)

 

Gyde Spandemager

Gyde Spandemager (mort 1543) fut l’une des premières femmes exécutées pour sorcellerie au Danemark et en Scandinavie.

En 1543 le roi Christian III du Danemark équipa une flotte de guerre de 40 vaisseaux pour chasser la flotte hollandaise impériale loin des côtes de Norvège. La flotte resta bloquée au large d’Helsingør et le projet entier échoua. On imputa l'échec à Gyde Spandemager, qui devait avoir réuni un groupe de sorcières dans une vallée et enchanté les bateaux. Gyde Spandemager fut arrêtée et interrogée sous la torture.

Le procès contre Gyde Spandemager mena à l'accusation de plusieurs autres personnes entre 1543-45. On l'accusa d’avoir enchanté le bateau de Sa Majesté, afin de l'empêcher d'obtenir du vent. Son procès fut traité par le gouverneur royal Eske Bilde. Elle avoua sa culpabilité sous la torture et désigna plusieurs personnes hommes et femmes, aussi des curés, ce qui mena à l'expansion du procès. Elle dit aussi, que les enchantements ne disparaîtraient jamais, si on ne lui permettait pas de les enlever personnellement. Les gens désignés furent arrêtés et torturés si durement que leurs membres furent séparés (Malmö, le 3 décembre 1543), mais personne d'autre que Gyde Spandemager avoua. La femme d'un marchand d’Helsingör fut libérée après avoir donné un alibi produit par les citoyens de la ville, précisant qu'elle était ailleurs au moment où elle était censée exécuter l'enchantement. En novembre 1543, le Roi exigea que les sorcières soient brûlées. Elle semble avoir été interrogée peu après cela.

Ce fut la première de trois affaires célèbres où des catastrophes maritimes furent attribuées à la sorcellerie et aboutirent à des procès de sorcières au Danemark. En 1566, plusieurs bateaux danois coulèrent lors d’une tempête au large de Gotland. Des femmes à Copenhague furent accusées d’avoir déchaîné une tempête car elles avaient aidé à charger des marchandises sur les bateaux coulés et, furent arrêtées et brûlées. En 1589, des femmes à Copenhague furent, elles aussi, accusées d’avoir déclenché une tempête et coulé la flotte qui devait mener Anne du Danemark en Ecosse pour son mariage avec le roi James I de l'Angleterre. La flotte avait dû s’en retourner et s’abriter en Norvège.

Ce fut un des premiers procès de sorcières au Danemark, après celui de Karen Grottes et Bodil Lauritzen, qui furent brûlées à Stege en 1539. En 1530, "les femmes de Lars Kylling et Jørgen Olsen" furent brûlées à Bornholm, mais l'île était gouvernée par Lübeck (1525-75).

Source : Wikipedia (en)

 

Maren Spliid

Maren Spliid, Spliids ou Splids (c. 1600 - 9 novembre 1641) fut accusée et exécutée pour sorcellerie.

Maren Spliid était la femme d'un riche tailleur couronné de succès à Ribe dans le Jutland et qui dirigeait une auberge dans une des maisons de son mari. Elle était une femme indépendante avec une langue acerbe.

Didrik un tailleur, concurrent malchanceux de son mari, l’accusa de sorcellerie en 1637. Il témoigna qu'une nuit il fut réveillé par trois sorcières ; deux lui étaient inconnues, mais la troisième était Maren Spliid. Elles l'avaient maintenu et Maren avait soufflé dans sa bouche. Le jour suivant il fut malade et vomit un objet qu’il pensait s’était déplacé. L'objet fut observé par des prêtres et l'évêque qui déclarèrent que c’était un objet artificiel. Mais son mari resta à ses côtés et parvint à la faire acquitter des charges.

Didrik réunit alors des témoignages pour soutenir sa cause et alla plaider directement chez le roi, Christian IV du Danemark, en 1639. Le roi déclara que l’affaire devait être ré-ouverte et que Maren Spliit devrait apporter au moins 15 témoins pour être libérée des accusations qui pesaient sur elle. Elle ne réussit pas à les obtenir et fut jugée coupable en 1640, mais libérée par la haute cour.

L’affaire fut donc présentée à la haute cour dont le  roi était un juge. Le roi fit transférer Maren Spliit à Copenhague et la fit torturer, bien que la loi interdise la torture sur des prisonniers avant qu’ils n’aient été jugés. Sous la torture elle admit sa culpabilité et dénonça une bande de sorcières. Le jugement fut : "parce que Maren Spliid personnellement et ici devant la cour aussi bien que dans ses confessions précédentes, qu'elle avait utilisé la sorcellerie et avait ainsi employé improprement le saint sacrement de la communion, nous l'avons reconnue comme une sorcière et sur sa vie doit subir le bûcher".

Au Danemark, les sorcières étaient souvent brûlées vives.

Le jour suivant le verdict, Maren Spliit fut exécuté à Ribe. Tant de personnes étaient venues pour la voir que le prêtre eut des difficultés à s’approcher d’elle. On lui donna la moitié d’une bouteille d'alcool pour la calmer et un sac de poudre fut accroché sur son dos pour une mort plus rapide. Alors elle fut liée à un pieu et le pieu jeté dans le feu.

Onze ans après cette exécution, en 1652, Anna Bruds fut brûlée à Ribe, mais après cela, la chasse aux sorcières au Danemark ralentit et la dernière sorcière à être exécutée fut Anne Palles en 1693.

Source : Wikipedia (en)

 
Retour page précédente
 
© Décembre 2013
Créer un site avec WebSelf