Alice Kyteler

Dame Alice Kyteler (1280 - après 1325), était une noble accusée de sorcellerie en Irlande. Elle s’enfuit, mais sa domestique Petronella de Meath fut flagellée et brûlée le 3 novembre 1324.

Alice Kyteler naît à Kyteler’s house, dans le Comté Kilkenny. Elle était enfant unique.

Elle se marria à William Outlaw, Adam Blund, Richard de Valle et finalement à Monsieur John Poer. En 1302, elle et son deuxième époux furent brièvement accusés d’avoir tué son premier mari. Alice Kyteler encourut aussi le ressentiment local à cause de sa participation dans un prêt à intérêt. Quand son quatrième mari John Poer tomba malade en 1324, il soupçonna d’avoir été empoisonné. Après sa mort, les enfants de Poer et ceux de ses trois précédents maris l’accusèrent d'utiliser le poison et la sorcellerie contre leurs pères et de favoriser son fils aîné William Outlaw jr. De plus, elle et ses disciples furent accusés de nier la foi, de sacrifices d’animaux aux démons et de blasphème.

Le cas fut introduit 1324 devant l’Évêque d'Ossory, Richard de Ledrede, un frère franciscain anglais. L'évêque écrivit au Chancelier de l'Irlande, Roger Utlagh, pour la faire arrêter mais cela se retourna contre lui, le Chancelier étant le premier beau-frère d’Alice Kyteler. En fait Richard de Ledrede fut lui-même emprisonné par Monsieur Arnold Poer, le Sénéchal de Kilkenny, son quatrième beau-frère. John Darcy, le chef de la justice alla à Kilkenny pour examiner les événements. Son rapport permit à l'Évêque de tenter à nouveau de faire arrêter Dame Alice.

Après quelques mois d'impasse, l’une de ses domestiques, Petronella de Meath, fut torturée et avoua la sorcellerie, impliquant Alice Kyteler. Alice Kyteler fut condamnée. Elle réussit à s’enfuir du pays, vraisemblablement en Angleterre et on n’eut plus de nouvelles. L'Évêque continua à poursuivre ses disciples de classe inférieure pour sorcellerie. Petronella de Meath fut flagellée et condamné au bûcher le 3 novembre 1324. La fille de Petronilla, Basilia, réussit à s’enfuir avec Alice Kyteler. Le fils d’Alice Kyteler, William Outlaw, fut aussi accusé entre autres, d'hérésie, d'usure, de parjure, d'adultère et tentative de meurtre sur un homme d’église. Après "qu’il ait abjuré", William s’en tira avec pour punition de faire entendre trois masses par jour pendant une année et faire la charité aux pauvres.

C'était un des premiers cas de sorcellerie en Europe et fut suivi de près par l'élection de Pape John XXII (1316-1334) qui dès 1320, ajouta la sorcellerie à la liste des hérésies.

Ce cas semble être le premier cas enregistré d'une sorcière ayant couché avec son incube. Les Annales Hiberniae déclarent que : « Ricardus Ledered, episcopus Ossoriensis, citavit Aliciam Ketil, ut se purgaret de heretica pravitate; quae magiae convicta est, nam certo comprobatum est, quendam demonem incubum (nomine Robin Artisson) concubuisse cum ea ... » c'est-à-dire que Alice Kyteler avait des relations avec un démon nommé Robin Artisson.

Source : Wikipedia (en)

 

Petronilla de Meath

Petronilla de Meath était une servante irlandaise condamnée au bûcher pour sorcellerie.

Née aux alentours de 1300, elle entra au service de Dame Alice Kyteler, une noble irlandaise. Lors de la mort de son quatrième époux, Dame Kyteler se retrouva accusée de pratiquer la sorcellerie, et Petronilla d'être sa complice. Petronilla fut torturée, de façon à ce qu'elle avoua qu'elle-même et Dame Kyteler s’étaient livrées à des actes de sorcellerie. Elle fut condamnée à la flagellation et au bûcher le 3 novembre 1324 à Kilkenny.

Cette affaire judiciaire est le premier cas dans les Îles Britanniques d'une condamnation par le feu pour hérésie.

Alice Kyteler fut accusée par les enfants de ses défunts maris de nombreux délits, allant de la sorcellerie à la démonologie en passant par le meurtre de ces quatre maris. Dame Alice aurait également constitué illégalement sa fortune par le truchement de la sorcellerie.

L'autorité de poursuite fut l'évêque d'Ossory. Le procès précédent toute loi formelle sur la sorcellerie, l'accusation se basera sur la loi ecclésiastique (qui assimile la sorcellerie à de l'hérésie) et non sur le droit anglais (qui l'aurait traité comme un crime de droit commun).

N'obtenant pas de confession d'Alice Kyteler, l'évêque décida d'ordonner la torture de sa servante et confidente Petronilla de Meath. Petronilla déclara qu'elle et sa maîtresse appliquèrent un onguent magique sur un morceau de bois, de façon à permettre aux deux femmes de voler. Elle proclama ensuite publiquement que Dame Kyteler et ses suivantes étaient coupable de sorcellerie. Certains furent mis en accusation et fouettés, mais d'autres, dont Petronilla, furent brûlés vifs sur le bûcher.

Dame Kyteler fuit avec l'aide ses proches en Angleterre, emmenant avec elle Basilia, la fille de Petronilla, qu'elle élèva.

Source : Wikipedia

 

Florence Newton

Florence Newton (1661) fut connue comme "la Sorcière d'Youghal". Son procès fut décrit comme l’exemple le plus significatif des procès de sorcières en Irlande.

Florence Newton fut arrêtée et emprisonnée le 24 mars 1661, puis accusée d'avoir enchanté Mary Longdon. Elle passa en jugement le 11 septembre 1661.

A Noël 1660, Florence Newton rendit visite à John Pyne et lui demanda un morceau de bœuf puis quand elle le quitta, elle marmonna des malédictions. Après cela, elle rencontra Mary Longdon, une employée de Pyne, dans la rue et l’embrassa. Mary Longdon tomba malade et éprouva des crampes et des visions et, sa maison connut des poltergeists. Les gens soupçonnèrent alors des actes de sorcellerie. À ce moment-là, on soupçonnait aussi qu’une réunion de sorcières avait lieu dans le secteur. Quand Florence Newton y vint, la santé de Mary Longdon se détériora et finalement cette dernière désigna Florence Newton.

Très vite, Florence Newton fut accusée de sorcellerie ainsi que d’avoir causé la mort de David Jones. Au procès, la veuve de Jones dit que Florence Newton avait embrassé la main son époux en prison, après quoi il était tombé malade et était mort après avoir crié son nom sur son lit de mort.

Malheureusement, l’absence de documents manquants, le verdict ne fut pas confirmé. On suppose malgré tout, qu’elle a du être jugée coupable et donc exécutée.

Les procès en sorcellerie n'étaient pas communs en Irlande et ces cas sont donc mal documentés. En 1606, le pasteur John Aston fut accusé d'avoir utilisé des charmes pour découvrir les gens disparus et les trésors cachés et, fut sur ordre du roi renvoyé en Angleterre.  On ne connaît pas cependant l’issue du procès. En 1685, le fils de Christophe Crofts tomba malade à Cork et sa maladie fut attribuée à Gammer Welsh, que son père avait envoyé en prison et, en 1699, une femme fut arrêtée, condamnée à mort par strangulation puis brûlée à Aston pour avoir jeté un sort sur une fillette de neuf ans.

Source : Wikipedia (en)

 
Retour page précédente
© Décembre 2013
Créer un site avec WebSelf