Klemus Bjarnasson

En 1690, Klemus Bjarnasson est accusé de vol de bois flotté. Imprudent, il lança des menaces contre ses deux accusatrices. Juste après sa condamnation, les deux femmes tombèrent malades et Klemus est accusé de magie.

Alors qu’il était conduit à þingvellir pour son procès, Klemus prononça, en présence de témoin, une formule magique pour protéger le bétail. Cette phrase signa sa condamnation à mort.

Mais la chance tourna. Le Roi décida juste avant son exécution que tous les crimes capitaux devaient être jugés à Copenhague. Sa peine est commuée en prison à vie. Il mourut derrière les barreaux au Danemark un an plus tard.

Source : http://www.toutelislande.fr/MagieNoire.html

 

þórðdur Guðbrandsson

En 1652, le Trékyllisvík, (la partie la plus au sud du Strandir) est affecté par une étrange maladie. Pendant la messe, plusieurs femmes (jusqu’à 16) sont prises d’étranges malaises, allant parfois jusqu’aux convulsions.

Après enquête, þorleifur Kortson, le bailli du Strandir, découvre un responsable : þórðdur Guðbrandsson. Lors de son jugement, þórðdur reconnaît avoir vu le diable sous la forme d’un renard, et l’avoir envoyé au Trékyllisvík. Il est condamné et brûlé. Deux autres hommes furent également exécutés dans cette affaire. Le premier a avoué pouvoir s’assurer les services du diable, le deuxième a admis s’être servi de caractères runiques.

Trois morts, mais point de répit. Les malaises se poursuivirent tout le XVIIème siècle, sans explications.

Source : http://www.toutelislande.fr/MagieNoire.html

 

Hermann

Vers 1800, dans la région du Strandir. Un ouragan s’abat sur les frêles embarcations des pêcheurs. Comme souvent en ce temps là, les vétustes esquifs de bois ne résistent pas à la force des flots.

Ce jour là, deux bateaux coulent, emportant avec eux tout leur équipage. Mais lorsque les débris viennent s’échouer sur la plage voisine, les habitants remarquent d’étranges gravures dans le bois : des runes, accompagnées de la tête d’un lingue (ou julienne).

Le signe d’une malédiction magique, permettant d’invoquer des tempêtes aussi soudaines que violentes.

Un homme appelé Hermann est accusé, jugé, puis banni. Il échappe au bûcher.

Source : http://www.toutelislande.fr/MagieNoire.html

 

Jon l’érudit

Jón était fermier dans le Strandir au début du XVIIème siècle. Fermier, mais poète et sculpteur également, il devint célèbre après avoir réussi à se débarrasser d’un fantôme quelque peu envahissant, en lui écrivant de longs poèmes passés désormais à la postérité.

La vie de Jón bascula lorsqu’il accusa l’homme fort du Strandir, Ari, d’avoir tué des pêcheurs de baleine dont le bateau avait fait naufrage.

De peur de représailles après cette accusation, Jón s’enfuit, et vient emménager sur la péninsule du Snæfelsness.

Après quelques années de calme retrouvé, Jón est à nouveau en danger : un prévôt l’accuse d’être en relation avec le diable, après avoir trouvé un livre de médecine lui appartenant.

Jón s’enfuit à nouveau, et est finalement jugé par contumace par les Danois. Condamné à l’exil, il part s’installer au Danemark.

Source : http://www.toutelislande.fr/MagieNoire.html

 

Jon Jonsson, père et fils

1656, le prête Jón Magnusson tombe malade. Il accuse alors deux hommes, Jón Jónsson père et fils, d’être à l’origine de sa maladie.

Arrêtés, les deux hommes avouent pratiquer la sorcellerie. Ils sont exécutés.

Mais Jón Magnusson est rongé par l’avidité. Après avoir confisqué tous les biens des deux hommes, il accuse la fille de la famille.

Son accusation ne trouve toutefois pas d’écho. Les autorités innocentent la jeune femme.

Jón Magnusson a par la suite écrit un livre ("Histoire de mes souffrances") contant ses mésaventures. Son histoire est ainsi passée à la postérité.

Source : http://www.toutelislande.fr/MagieNoire.html

 

Sigurdur Jonsson

Tout commença par une dispute. Des mots lâchés un peu trop imprudemment, par Sigurður Jónsson de Skötufjörður. Ces mots, nous ne les connaissons pas, mais ils devaient être graves. Suffisamment en tout cas pour pousser un Sigurður terrorisé à quitter l’Islande.

Le jeune homme tente d’embarquer à bord d’un bateau, direction l’Angleterre.

Le lendemain de son départ, une jeune femme de Skötufjörður, tombe malade. Sigurður lui, arrive en Angleterre, mais n’a pas l’autorisation de débarquer. Retour à l’envoyeur. Retour en Islande, où l’attend le mari de la malade. Ce dernier l’intercepte, et le livre à la police.

Et là, Sigurður avoue. Il se serait battu contre un démon. Pour le vaincre, il aurait tenté d’utiliser une plante, la terreur du diable, sans succès. Puis une autre. Il aurait également déclamé des incantations magiques.

Sans preuves, uniquement sur la base de ces aveux, l’assemblée de þingvellir condamne Sigurður au bûcher en 1671. Il est le 10ème islandais à mourir brulé.

Source : http://www.toutelislande.fr/MagieNoire.html

 

Thuridur Olafsdottir

Thuridur Olafsdottir (mort 1678) fut brûlée vive pour sorcellerie avec son fils, Jon.

En 1677, Thuridur, veuve, vivait avec son fils Jon qui était domestique dans le village. Dans leur nouvelle maison, Jon se vanta que sa mère était capable de marcher sur l'eau grâce aux runes magiques. À cause de cela, ils furent tous deux arrêtés pour la sorcellerie. On les accusa aussi d’avoir rendu malade Helga Halldorsdottir la femme du curé à Selardal par utilisation de magie. Tous deux nièrent l'accusation, mais furent jugés coupables et condamnés au bûcher.

Source : Wikipedia (en)

 

Jón Rögnvaldsson

Jôn Rögnvaldsson (mort 1625) fut accusé et brûlé pour sorcellerie.

Le bailli Magnus Björnsson lors d’une visite à Copenhague, fut instruit des persécutions de sorcière faites en 1487. En 1625, de retour en Islande, il entendit que des fantômes avaient rendu un garçon malade et tué plusieurs chevaux. Il supposa donc que cela était le fait de sorcières qui devaient être démasquées.

Le garçon malade désigna Jon Rögnvaldsson. Pendant la perquisition de son domicile, un parchemin en runes islandaises fut trouvé. Jon admit les avoir écrits. Le frère de Jon, le poète Thorvald Rögnvaldsson, témoigna que Jon n'avait ni force, ni intelligence pour réussir à utiliser la magie des runes, appelé aussi Galdrar. Mais Magnus Björnsson jugea Jon coupable de sorcellerie et le condamna à brûlé vif sans même en référer à l’Alþing.

Il fut l’une des premières personnes à être exécutées pour la sorcellerie en l'Islande.

L'Islande, qui était sous la juridiction du royaume de Norvège et du Danemark, avait gardé les anciennes coutumes païennes et le christianisme qui y était faible, y été admiré. L'église Protestante et les autorités à Copenhague désapprouvaient fortement et en 1564 une nouvelle loi "de la décence" fut publiée. On ordonna aux prêtres de noter tous les non chrétiens. Le magicien Jon Laerdi Gudmundsson, célèbre pour avoir fait un bateau de pirates arabe fut accusé de sorcellerie plusieurs fois, mais fut acquitté chaque fois.

En 1630, on proclama en Islande la loi sur les sorcières déjà promulguée en 1617 dans le royaume du Danemark et de Norvège. Entre 1625 et 1686, l'Islande connut 120 procès de sorcières. La majorité des accusés était des hommes ; seules dix femmes furent exécutées et une seule brûlée vive. Les femmes étaient normalement noyées, tandis que les hommes étaient brûlés. En 1678, la veuve Thuridur Olafsdottir et son fils furent brûlés pour avoir rendu malade la femme d'un pasteur par pratique de magie, après que son fils ait prétendu que sa mère pouvait marcher sur les chutes d'eau en utilisant le galdrar. Le plus célèbre procès eut lieu en 1654, quand un homme et son fils furent brûlés après un conflit avec un pasteur.

Source :

Wikipedia (en) + http://www.toutelislande.fr/MagieNoire.html

 

Les victimes d’Helga Björnsson

Helga est la femme de Páll Björnsson, révérend respecté de l’Arnarfjörður au XVIIe. Il est alors considéré comme l’un des plus grands savants d’Islande, parlant grec et latin, écrivain à ses heures, traducteur du Malleus Maleficorum.

En 1669, Helga tombe malade. Six mois durant, elle ne peut quitter son lit, et est, de plus, maltraitée par un fantôme. Elle finit par se souvenir d’un jeune homme, à qui elle a refusé la main de l’une de ses servantes quelques temps plus tôt. Il est forcément responsable de ses malheurs. Jón Leifsson, c’est son nom, est arrêté. Il passe aux aveux. Oui, il a bien usé de sorcellerie, guidé par les enseignements d’Erlendur de Strandir. Jón est brûlé. Tout comme Erlendur.

Mais cela ne guérit pas longtemps Helga. Cinq ans plus tard, la maladie revient. Cette fois, deux de ses fils sont touchés également. Deux hommes sont à nouveau accusés et brulés : Magnús Bjarnasson et Lassi Diðriksson.

1678, Helga est à nouveau alitée, et envoie deux nouvelles personnes au bûcher : Jón Helgason, mais surtout sa mère, Þuríður Ólafsdóttir, seule femme à périr brûlée en Islande.

Puis vint le tour des filles d’Helga, elles aussi victimes de maladies chroniques. D’aucuns les accusent plutôt d’alcoolisme. Sveinn Árnason est brûlé à son tour. Il sera le 21ème et dernier Islandais à être condamné au bûcher.

Source : http://www.toutelislande.fr/MagieNoire.html
 
Retour page précédente
© Décembre 2013
Créer un site avec WebSelf