Ys
 


 
Ville légendaire de Bretagne, construite dans la baie de Douarnenez ou au large de celle-ci, puis engloutie par l'Océan. Ys serait une Atlantide bretonne qui aurait été engloutie pour punir Dahu de ses péchés.  

 
Il n'existe aucune trace d'un mythe originel mais seulement un possible mythe antérieur, "ancien" relatant la colère du Dieu chrétien, punisseur des pécheurs habitant une ville païenne.
 
Les différentes versions :
 
1°) Invention contemporaine :
 « À l'origine, Gradlon vivait en Is avec sa fille Ahès (Dahut). Is était une ville immense et cosmopolite, où Gradlon faisait respecter le principe d'égalité. Les citoyens étaient très riches, tout comme la ville, et des gens et des cultes très différents y étaient présents. Un jour les moines Corentin et Guénolé arrivent en Is. Ils veulent s'y établir et construire une église. Gradlon et Ahès refusent que l'église soit construite en ville mais acceptent qu'elle soit faite à l'extérieur (pour respecter les croyances de chacun, les lieux de culte ne peuvent être construits dans la ville). Les moines très compréhensifs acceptent. Au fur et à mesure du temps, ils deviennent proches du roi et sont heureux de vivre dans cet endroit merveilleux. Ahès, très liée à la Déesse de la terre (le nom Ahès aurait donné leur nom aux monts d'Arrée), lui rend souvent hommage en quittant la ville pour se promener dans les bois. Mais un jour des émissaires de l'Eglise catholique romaine arrivent, menaçant Gradlon d'attaquer la ville s'il n'y fait pas construire une église (l'église catholique s'étant alliée à Rome pour étendre et renforcer leurs pouvoirs mutuels). Tous sont choqués, et malgré eux Guénolé et Corentin doivent quitter Is pour suivre les émissaires jusqu'à Rome, afin de s'entretenir avec le Pape de la future église. Les deux moines sont très réticents, car ils savent que cela détruira Is et son équilibre. À leur retour, ils sont dépités : ou Gradlon obéit, ou Is sera rasée par Rome. Ahès, révoltée, fuit la ville, se rend dans les monts d'Arrée et demande l'aide du dieu Cernunnos (on peut supposer que c'est lui à cause de sa description, l'église en a plus tard fait le diable en assimilant ses cornes de cerf à celles du diable). Cernunnos dit alors à Ahès de rentrer à Is, et que la nuit venue il sauvera la ville. Pendant la nuit la ville est submergée par les flots et s'enfonce au fond de la mer. Seuls restent Gradlon et les deux moines, qui étaient en-dehors de la ville. Attristé par la perte de sa ville et surtout de sa fille, Gradlon décide de quitter les lieux, et de ne rien reconstruire sur les lieux.
Les compères se dirigent alors vers le sud et fondent Quimper, où Gradlon finira sa vie et où les deux moines construisent une église.
Is, quant à elle, est toujours en vie sous les flots, les citoyens étant restés immortels. On raconte qu'un jour, celui qui verra la ville sous les eaux et s'y rendra permettra de lever la protection de Cernunnos, et que la ville resurgira, plus radieuse que jamais, et que ce jour les héros des Bretagnes reviendront tous de l'Autre Monde (le royaume celte des morts).
 
2°) Dans la version de Charles Guyot de 1926 :
Dahud va demander de l'aide pour construire une digue de protection autour d'Ys aux 9 vierges de l'île de Sein. Que Dahud-Ahès s'adresse à des divinités féminines semble plus juste dans un monde celte où l'idée d'une déesse-mère créatrice et protectrice est plus vraisemblable. »
 
La rencontre de Gradlon et Malgven
La rencontre de Gradlon et Malgven est un ajout de Ch. Guyot (1926). Cet ajout rattache profondément l'histoire aux mythologies nordiques en inventant une ascendance « féerique » à Dahud.
Le roi Gradlon de Cornouaille possédait de nombreux navires qu'il utilisait pour faire la guerre aux lointains pays du Nord. Stratège hors pair, il gagnait la plupart des batailles et pillait les vaincus, amassant les richesses ainsi obtenues.
Néanmoins, fatigués de tous ces combats, les marins de Gradlon refusèrent bientôt de poursuivre le siège d'une forteresse inconnue. Gradlon les laissa repartir en Cornouaille tandis qu'il choisissait de demeurer dans les contrées septentrionales.
Désormais seul, le souverain rencontra une femme à la chevelure rousse, qui n'était autre que Malgven, la reine du Nord. Celle-ci se tint devant lui et lui dit : « Je te connais, tu es courageux et adroit au combat mais c'est moi que tu combattais et tu ne pourras pas me vaincre. Mon mari est lâche et ne se préoccupe que de séduire les servantes, son épée est rouillée. Délivre-moi de lui et je serai ta femme. Toi et moi allons le tuer. Ensuite, tu m'emmèneras dans ton pays de Cornouaille. » (Malgven sous-entend que son époux ne s'est pas servi de son épée depuis des années, le fait que cette épée soit rouillée signifiant qu'elle n'a pas servi pendant longtemps, et qu'il ne sait plus se battre; en fait, elle sous-entend plus prosaïquement que son époux n'a plus sa virilité d'antan et qu'il est devenu faible).
 
3°) Certaines versions de la légende précisent que ledit mari était également un ivrogne qui ne pensait qu'à son vin. Dès lors, selon une variante racontant que les soldats de Gradlon ne se sont mutinés qu'après plusieurs mois de siège, le roi du Nord ne se serait, à aucun moment, aperçu que sa ville était attaquée, alors que le siège durait depuis l'été et se prolongea les premiers jours de l'automne.
Ils tuèrent donc le roi du Nord et enfourchèrent Morvarc'h (« cheval de mer » en breton), la monture magique de Malgven. L'animal était noir, crachait du feu par ses naseaux et était capable de galoper sur la mer. Ils rattrapèrent les navires de Gradlon mais leur navire fut séparé du reste de la flotte en raison, selon les variantes, de l'élan de Morvarc'h ou d'une tempête.
Gradlon et Malgven restèrent longtemps en mer (un an), si bien que Malgven donna naissance à une fille, Dahut (aussi appelée parfois Ahès).
Selon certaines versions de l'histoire, la reine en mourut en relevailles.
Mais, selon d'autres versions, Malgven survécut à l'accouchement. Quelque temps après, elle demanda à Gradlon ce qu'il pensait de leur fille. Le roi répondit : « Je la chéris déjà comme je te chéris ». Malgven lui annonça alors que le visage de Dahut garderait l'apparence du sien pour qu'il ne l'oublie pas quand elle ne serait plus auprès de lui. Il était en effet temps pour la reine de s'en retourner dans son monde. Elle ajouta que le navire croiserait bientôt une île où il lui faudrait descendre. Dans le cas contraire, jamais le vaisseau ne pourrait rejoindre sa terre natale. Peu après, comme Malgven l'avait dit, on aperçut une île où la reine se rendit, seule.
Dans une version Malgven ne disparaît pas en mer mais accompagne Gradlon en Cornouaille. Elle sera la première victime des "miracles" de Guénolé. (Françoise Gange)
 
Origines
D'après une version de l'histoire, Dahut était passionnée par la mer et demanda à son père de lui bâtir une cité marine. Il fut fait selon son désir : la ville souhaitée fut construite sur le fond de la baie de Douarnenez et on l'appela "Ys". Dahut voulait qu'on y vive selon les coutumes de l'ancien temps. Elle voulait une ville sans église.
Une autre variante rapporte que la Bretagne, s'enfonçant très lentement dans la mer, la ville d'Ys aurait été fondée plus de 2000 ans avant Gradlon, à un endroit qui se trouve au large de l'actuelle baie de Douarnenez. À l'époque, ce lieu était émergé jusqu'à ce que, au début du règne de Gradlon, la ville se trouvât sous le niveau de la mer à marée haute, suite à l'enfoncement progressif de la Bretagne. En conséquence, une très haute digue fut élevée par les korrigans afin d'empêcher l'eau d'engloutir la ville. Seule une porte de bronze, permettait d'entrer ou de sortir de la ville. Dahut en confia la clef à son père, le roi.
Ys était florissante et heureuse. C'était la plus belle et la plus impressionnante ville du monde. Cependant, en dépit des sermons de Saint Guénolé, Ys devint la ville du péché (les pratiques cultuelles d'avant le catholicisme étant considérées comme « péchés ») sous l'influence de Dahut (aussi appelée Ahès) qui y organisait des orgies (comprendre: des fêtes non chrétiennes). Elle avait soi-disant l'habitude de faire tuer ses amants le matin venu (une broderie littéraire typique du XIXe siècle). Son comportement était tel que Dieu décida de la punir.
Un jour, un chevalier vêtu de rouge arriva à Ys. Dahut lui demanda de se rendre auprès d'elle et, un soir, il accepta. La même nuit, une tempête éclata et on entendait les vagues frapper avec violence la porte de bronze et les murailles de la ville. Entendant ce vacarme, Dahut dit au chevalier : « Que la tempête rugisse, les portes de la ville sont solides et c'est le Roi Gradlon, mon père, qui en possède l'unique clef, attachée à son cou ». Ce à quoi le chevalier répondit : « Ton père le Roi dort, si tu me veux, tu dois maintenant t'emparer de cette clef. » Dahut reprit alors la clef à son père et la donna au chevalier, qui n'était autre que Satan. Dès qu'il fut en possession de la clé, le diable ouvrit la porte de la ville, la condamnant à disparaître. Une autre version de l'histoire prétend que ce fut Dahut elle-même qui accomplit ce geste.
La porte ayant été ouverte en pleine tempête et à marée haute, une vague de la taille d'une montagne s'abattit sur Ys. Pour échapper au désastre, le roi Gradlon et sa fille montèrent sur Morvarc'h, le cheval magique. Mais Saint Guénolé accourut auprès d'eux et dit à Gradlon : « Repousse le démon assis derrière toi ! » Gradlon refusa et Guénolé précipita Dahut dans la mer (quelques variantes disent que Gradlon obéit et le fit lui-même. Étant donné l'amour de Gradlon pour sa fille, c'est peu vraisemblable). L'eau l'engloutit et elle devint Marie Morgane, une sirène. Une version précise que cette sirène avait une apparence parfaitement humaine et n'avait donc pas le corps chimérique que l'on attribue aujourd'hui aux sirènes.
Gradlon se réfugia à Quimper, qui fut sa nouvelle capitale. Une statue équestre du roi fut faite et elle est toujours aujourd'hui entre les flèches de la cathédrale Saint Corentin à Quimper. On dit que les cloches des églises d'Ys peuvent encore être entendues en mer par temps calme.
On dit aussi qu'après l'engloutissement, à l'emplacement de ce qui était devenu la nouvelle rive de la baie des Trépassés, naquit un nouveau village que l'on nomma Douarnenez, du breton Douar nevez, « nouvelle terre ». Cependant, l'étymologie la plus vraisemblable pour Douarnenez est Tutouarn-enez, « île de Tutouarn ». Une autre origine souvent avancée est Douar an Enez, « la terre de l'île », en référence à l'Île Tristan. Quant à Douar Nevez, c'est le nom breton de Terre-Neuve.
Une légende raconte que, lorsque Paris sera engloutie, la ville d'Ys resurgira des profondeurs : " Pa vo beuzet Paris, Ec'h adsavo Ker Is " (Par Is signifiant en breton « pareille à Ys »).
 
Autres noms : Is, Ker Ys (Kêr-Is en breton, de Kêr Izel, « Ville basse »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ys

 
Vign_Ys
 
Vign_Ys2
 
Vign_Ys4
© Décembre 2013
Créer un site avec WebSelf